Secteur Revue Relations

DOSSIER : Politique municipale: sortir du cul-de-sac

S’inspirer de Saint-Camille

Par : Catherine Caron

L’auteure est rédactrice en chef adjointe à Relations
 
 
Et si c’étaient les citoyens qui avaient les meilleures idées pour le développement économique de leur municipalité? Pourquoi toujours miser sur des acteurs extérieurs? C’est le choix qu’ont fait les habitants de Saint-Camille, un village de 500 habitants situé dans les Cantons-de-l’Est, qui semblait voué à disparaître et qui est aujourd’hui vu comme un modèle de revitalisation où citoyens et élus ont su travailler ensemble, dans l’intérêt public. Une approche territoriale (plutôt que sectorielle), un souci de construire ensemble une cohésion sociale et intergénérationnelle ainsi qu’une véritable démocratie participative les ont guidés pour faire naître différents projets. Un article de Bernard Cassen dans Le Monde diplomatique (août 2006), le livre de Jocelyne Béïque Saint-Camille, le pari de la convivialité (Écosociété, 2011) et le documentaire Les irréductibles d’Isaac Isitan ont fait connaître cette aventure exemplaire.
 
Ensuite, pourquoi les citoyens de partout au Québec ne pourraient-ils pas se protéger des importantes lacunes de la Loi sur les mines, qui ont de graves conséquences sur leurs droits, leur santé, leur territoire et leur environnement? À Saint-Camille, le conseil municipal a refusé à la compagnie minière Bowmore[1] l’accès à ses terrains municipaux. Le comité Mine de rien a pour sa part participé au Moratoire citoyen, une mobilisation d’envergure nationale visant à ce que les citoyens de partout au Québec puissent imposer un moratoire chez eux, en envoyant une lettre interdisant l’accès à leur propriété à la compagnie détenant un titre minier, gazier ou pétrolier sur leur terrain.
 
Un esprit d’audace, de créativité, de résistance et de solidarité souffle à Saint-Camille. De quoi inspirer des élus et citoyens d’autres villages du Québec et aussi d’ailleurs.

 


[1] Voir J. Nadeau, « La force d’un moratoire citoyen », Relations, no 755, mars 2012.