Relations Printemps 2024 / Regard

Près de 70 langues autochtones, regroupées en douze familles linguistiques, sont encore parlées au Canada. Souvent qualifiées de « menacées », elles font l’objet d’un intérêt croissant, à la fois auprès du grand public et de certains gouvernements. Si le statut précaire de ces langues est indéniable, il faut tout de même se demander pourquoi nous en parlons en présumant de leur « mort ». On avance fréquemment que seules trois langues autochtones — l’inuktitut, le cri et l’anicinapemowin (algonquin) — peuvent être considérées comme « viables », un critère qui prend en compte le pourcentage de la population qui les utilise et le nombre absolu de locuteurs et de locutrices.

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Share via
Send this to a friend