Relations Automne 2022 / ÉDITORIAL

Lorraine Guay nous a quittés. Notre comité de rédaction, dont elle faisait partie depuis l’automne 2013, est en deuil et avec lui, de vastes pans du monde social québécois, Lorraine ayant contribué à tant de luttes importantes – propalestiniennes, féministes, indépendantistes, pour les services publics, etc. Sa capacité de militer inlassablement et courageusement pour la justice, avec rigueur, constance et lucidité, a marqué de nombreuses personnes qui ont croisé son chemin. Gilles Bibeau et Ellen Corin lui rendent hommage en posant un regard personnel sur son parcours dans deux textes à lire dans ce numéro.

Des mois durant, nous avons été émus de voir que même dans l’épreuve de la maladie, même contrainte d’échanger avec nous sur Zoom, Lorraine ne manquait presque aucune rencontre et continuait d’aiguiser sa soif de connaissance et de partage en nourrissant nos questionnements collectifs. Son choix d’ajouter Relations à ses multiples engagements pendant près d’une décennie constituait un grand honneur pour toute notre équipe, même si, dans sa profonde humilité, elle n’aurait pas raffolé qu’on l’exprime ainsi.

Lorraine arrivait toujours à nos réunions chargée de livres précieusement annotés, elle qui avait grandi dans une maison sans livres. Elle nous a retracé son « Parcours d’une lectrice engagée » (no 750, août 2011) dans un texte fort touchant, à relire aux côtés de « Marcher pour transformer le monde » (no 803, août 2019) ou encore de ceux sur BDS-Québec, entre autres. Ayant fait le choix de vivre sans Dieu, de se « colletailler avec les difficultés du monde dans lequel on vit avec les gens, sans filet, sans nier non plus qu’il existe des dimensions spirituelles à l’existence humaine[1] », elle incarnait une posture d’ouverture à l’autre à l’abri des sectarismes. Merci Lorraine ! Ta façon de faire de l’engagement dans la cité une éthique de vie qui nourrit, transforme et unit aux autres celui ou celle qui la pratique continuera de nous inspirer vivement. 

*

Ce deuil survient dans un contexte où Relations est aussi touchée par le départ d’Élisabeth Garant, qui quitte la direction du Centre justice et foi et de la revue. Relations doit beaucoup à Élisabeth qui, souvent dans l’ombre, a joué un rôle moteur depuis 2007 (année de son passage de la coordination du secteur Vivre ensemble à la direction du Centre) dans les initiatives qui ont contribué au rayonnement croissant de la revue et l’ont aidée à relever les nouveaux défis qui se posent aux médias aujourd’hui. Son apport au comité de rédaction, auquel elle a contribué pendant plus de 25 ans, veillant à la « manière Relations » d’y aborder de nombreux sujets et mettant de l’avant l’importance des questions féministes et du vivre-ensemble, reste exemplaire et nous manquera beaucoup. Merci Élisabeth !

La revue et le Centre justice et foi (CJF) accueillent ainsi un nouveau directeur, Oscar Benavides-Calvachi. Originaire de Colombie, juriste spécialisé en droits humains, il était jusqu’à récemment coordonnateur du Projet accompagnement Québec-Guatemala. Il nous arrive riche d’un parcours professionnel et d’engagement au sein d’organismes de défense des droits et de solidarité internationale, deux axes qui sont au cœur de l’engagement du Centre depuis ses débuts et qu’il contribuera à renforcer.

Par ailleurs, les lecteurs et lectrices de notre numéro d’été auront remarqué le premier éditorial signé par Myriam Cloutier, arrivée à la revue à la fin de 2021. Détentrice d’une maîtrise en politique et droit international, ayant travaillé en communications au sein de divers organismes, dont Alternatives, Myriam est un atout précieux, dans un contexte où notre collègue Emiliano Arpin-Simonetti se prépare à quitter progressivement l’équipe éditoriale après dix ans d’engagement. Sa plume, ses excellentes entrevues et son travail minutieux nous manqueront, mais nous nous réjouissons du fait qu’il continuera d’œuvrer pour la revue à titre de nouveau coordonnateur des communications du CJF et restera membre du comité de rédaction. Une nouvelle personne se joindra donc prochainement à notre équipe.

Parmi les nouveaux chroniqueurs et nouvelles chroniqueuses qui nous accompagneront cette saison, nous aurons le plaisir de suivre les réflexions sur la violence de l’écrivain Yvon Rivard dans le Carnet ; l’écrivaine Gabrielle Filteau-Chiba proposera une chronique poétique intitulée « à travers les ruines je vois », illustrée de ses œuvres ; et l’écrivaine Maya Ombasic succédera à Lorrie Jean-Louis pour la rubrique Aux frontières.

Avec elleux et nombre d’autres collaborateurs et collaboratrices, nous entendons bien poursuivre notre travail d’analyse, en stimulant tant l’esprit critique que les ferments nécessaires à l’urgente transformation sociale, écologique et démocratique qui s’impose, au Québec comme ailleurs. Tout ce qui nourrit notre force d’inertie collective face à l’inéluctable crise dans laquelle s’enfonce notre société gaspilleuse et ogresse – dévorant sans fin les ressources de la Terre – doit être scruté, combattu, transformé. À l’évidence, nous ne manquerons pas de travail.


[1] Lire « Rencontre de deux voix humanistes. Entretien avec Claire Doran et Lorraine Guay », Relations, no 775, novembre-décembre 2014.



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend