Relations Printemps 2022 / Chronique littéraire

Si on la cherche dans ces textes on ne la trouvera pas. Je n’arrive jamais à la voir que du coin de l’œil. Mais il faut dire que je m’en détourne. Je m’essouffle à aimer encore, à planifier plus, à lutter contre l’apathie et la vaisselle sale, comme si le mouvement me camouflait. Vois, je ne suis pas à toi, j’ai encore tant à vivre. Vois, cette vieille-là est encore pleine de passions. Je la secoue pour confondre son radar. Nous jouons les zèbres à l’air innocent, déguisés en herbages. Nos ondulations éblouiraient la loi. J’existe dérobée. Natascha glisse [...]

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend