Relations novembre-décembre 2018

Les rites au cœur du lien social

Benoît Rose

Manuel de l’antitourisme – Rodolphe Christin

Avec ce court essai, le sociologue et voyageur Rodolphe Christin entend, selon ses propres mots, « contribuer à attirer l’attention sur le désastre touristique » (p. 9). C’est que le tourisme demeure, bon an mal an, l’une des plus florissantes industries mondiales, et ce, depuis des décennies. Or, sa croissance soutenue, généralement applaudie dans nos sociétés, n’est possible qu’au prix de la destruction inquiétante de milieux et de modes de vie à l’échelle de la planète. L’auteur de L’usure du monde (L’Échappée, 2014) est catégorique : « Il faudra bien un jour sortir de la société touristique pour faire cesser la touristification du monde » (p. 85). Sortir, un jour, de l’économisme ambiant et de ses illusions.

Faisant le lien entre le tourisme ravageur et le sacro-saint concept de développement, dont le projet – sans cesse revampé – a conquis le monde et les esprits depuis un demi-siècle, Christin dénonce plus précisément l’emprise de l’action managériale sur l’univers du voyage. « Prétendument étayé scientifiquement, le management, en tant que discipline, s’applique à transformer les espaces existentiels en argent, la vie en protocoles, les espaces en parcs de divertissement, même si parfois la pédagogie est invoquée pour donner à l’affaire plus de sérieux. Le management dirige, indique, ordonne, parfois brutalement, d’autres fois avec le sourire car, en bon commercial, il sait être vendeur » (p. 56), déplore celui qui travaille dans le secteur de la formation professionnelle.

Sous sa plume désolée, la planète nous apparaît mise en production, aménagée et balisée dans ses moindres parcelles à des fins de divertissement par des promoteurs et consommée par la minorité qui en a les moyens. Questionnant le sens du travail salarié, rattaché au concept des vacances payées, il arrive à ce constat : le devoir de loisir est aujourd’hui le corrélat du devoir de travail. Partie prenante de l’ordre social, écrit-il, le tourisme récompense nos activités productives et permet « d’accéder aux mirages de la qualité de vie » (p. 61) sur une planète pourtant plus polluée que jamais. Au cœur de ses pratiques et de ses mises en scène, la mobilité vient se confondre avec la liberté, « même si le conformisme en est la destination » (p.106) !

Mais alors, comment « s’évader du tourisme » lui-même ? C’est là le titre et l’objet du dernier chapitre du livre. Dans une perspective de moindre mal, il dessine quelques avenues à prendre collectivement pour atténuer le désastre touristique : valoriser systématiquement « les équilibres relationnels existants » dans les sociétés locales soumises au tourisme en s’assurant que les activités touristiques y soient bien intégrées ; favoriser la diversification des activités des habitants pour éviter la dépendance au tourisme ; également, favoriser la mise sur pied d’une « veille écologique » pour minimiser la pression sur l’environnement. Empruntant à l’attitude du non-agir taoïste et à la leave no trace attitude nord-américaine, il demande : « Disparaître plutôt qu’apparaître partout, n’est-ce pas la voie qu’il serait bon d’emprunter ? » (p. 94). Se fondre dans le monde avec une plus grande conscience, tel est son appel.

Christin pousse plus loin la réflexion philosophique et sociologique. « Notre relation au tourisme et la nécessité vitale de partir interroge la qualité de notre vie quotidienne » (p. 86), croit-il. Il nous faut arriver à transformer en profondeur la vie de tous les jours afin de la rendre moins insatisfaisante. Dans son annexe intitulée « Le tourisme enfermé », bonus de cette réédition de l’ouvrage, il invite à réfléchir au regard que nous posons sur le monde qui nous entoure et à renouveler notre sensibilité et notre attention afin que se dévoilent à nous la poésie, la richesse et l’altérité dans l’ordinaire.

 

Manuel de l’antitourisme
Rodolphe Christin

Montréal, Écosociété, 2017, 144 p.

Les rites au cœur du lien social

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Share via
Send this to a friend