Relations Hiver 2023-2024 / Dossier

Dans la plupart des sociétés prémodernes, des rituels célébrant les différentes étapes de la vie — la naissance, le choix du prénom, les premières dents et les premiers pas, le sevrage — jouaient le rôle d’inscrire peu à peu l’enfant dans une famille étendue en instaurant des relations avec les lignages de la mère et du père et avec les grands-parents. D’autres rituels extrafamiliaux, tels que les funérailles et les fêtes des morts, mettaient les enfants en contact avec les ancêtres et venaient renforcer l’ancrage dans la communauté. Les récits et les mythes racontés par les sages — poètes, griots et chamanes — faisaient découvrir aux enfants le mystère entourant l’existence d’êtres transcendants, les esprits, en même temps qu’ils les introduisaient aux représentations du bien et du mal, de la vie et de la mort.

Outre la participation aux rituels et la connaissance des contes et des mythes, dès les temps les plus anciens, c’est aussi en observant les conduites des adultes que les enfants incorporaient progressivement la réalité du monde. L’anthropologie, à l’instar de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales,

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Share via
Send this to a friend