Relations septembre 2013

Lire entre les lignes de l'analphabétisme

Denise Veillette (dir.)

Les répondantes diocésaines à la condition des femmes : 25 ans d’histoire 1981-2006. Tome V : Des questions de femmes qui interpellent

Une égalité à atteindre

À l’occasion du rapport de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada (rapport Bird), en 1970, des chrétiennes présentaient aux évêques canadiens leurs recommandations sur la place des femmes dans l’Église. Elles initiaient ainsi un important dialogue, échelonné sur 13 ans, entre les femmes et les évêques. C’est dans le sillage de ce dialogue que l’Assemblée des évêques du Québec prenait, en 1981, la décision innovatrice de nommer, dans chaque diocèse, une personne responsable du dossier de la condition des femmes.
 
En 2006, après 25 ans d’existence, les répondantes diocésaines à la condition des femmes ont souhaité témoigner de cette expérience unique dans l’Église catholique. Elles voulaient rendre compte de la manière dont leur réseau avait tissé des liens de solidarité entre l’Église, les chrétiennes et la cause des femmes, mais aussi comment il contribuait à la dénonciation du patriarcat de l’intérieur même de l’Église, à partir du vécu des femmes engagées.
 
Elles ont confié l’entreprise à Denise Veillette, professeure retraitée de l’Université Laval, sociologue et spécialiste en études féministes de la religion. Le projet d’un livre est progressivement devenu celui d’un ouvrage de 4000 pages, divisé en cinq tomes regroupant 205 textes rédigés par plus de 160 auteurs, principalement des femmes. Pour des raisons logistiques, c’est le cinquième tome qui est paru le premier. La publication des autres volumes est annoncée pour la prochaine année.
 
Ce cinquième tome rassemble de façon remarquable tous les textes qui ont été produits au fil des expériences des répondantes dans différents diocèses au Québec. Il propose aussi des réflexions inédites plus substantielles sur les expériences de partenariats en Église, sur l’accès des femmes aux ministères ordonnés ou sur les quêtes d’égalité dans les autres Églises et religions. Si l’organisation des textes – souvent disparates – dans les différentes sections du volume n’est pas toujours claire, la valeur de cet ouvrage pour la mémoire collective demeure indéniable.
 
Le réseau des répondantes diocésaines survit encore aujourd’hui, même si le nombre des répondantes diminue et que le temps qu’elles peuvent consacrer au dossier de la condition des femmes est de plus en plus marginal, certaines choisissant même d’assumer bénévolement une partie importante du travail pour que cette cause ne soit pas reléguée aux oubliettes. Le contexte ecclésial des dernières années révèle aussi des résistances fortes aux propositions et innovations dont le réseau est issu ou qu’il a permis de faire émerger.
 
Les trois dernières sections du livre parlent des réalisations et des rêves pour une Église reconnaissant pleinement la place et l’apport des femmes. On y retrouve aussi plusieurs textes d’actrices de cette histoire évoquant la lassitude, les blessures encore vives, les impasses et, pour certaines, leur retrait d’une structure qui s’enlise dans le statu quo clérical et patriarcal par son refus d’accueillir la vie, la passion et l’expression différente de la foi des femmes.
 
On termine cette lecture en s’interrogeant sur ce qui pourrait être fait de plus pour mettre fin à cette inégalité persistante, alors que tout semble avoir été tenté. Depuis 2000, le recours à la désobéissance civile séduit mais, comme le dit si bien Denise Veillette, « ces menaces semblent davantage des manifestations d’indignation, d’impatience et d’exaspération que de véritables projets de rébellion ». Pourtant, la foi dont nous nous revendiquons est un chemin de libération qui éveille à la pleine dignité. Il n’y a pas beaucoup d’autres voies possibles que celle de l’audace de faire Église autrement, ici et maintenant.
 
Élisabeth Garant

Denise Veillette (dir.)
Les répondantes diocésaines à la condition des femmes : 25 ans d’histoire 1981-2006. Tome V : Des questions de femmes qui interpellent
Québec, Presses de l’Université Laval, 2012, 1110 p.

Lire entre les lignes de l'analphabétisme



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend