Relations novembre-décembre 2016

La trahison des élites : Austérité, évasion fiscale et privatisation au Québec

Noémie Delisle

Les possibles du féminisme. Agir sans « nous » – Diane Lamoureux

Diane Lamoureux offre ici un ouvrage dense qui aborde de front plusieurs enjeux qui ont marqué (et marquent toujours) le mouvement féministe québécois, plus spécifiquement à partir de ce qu’elle appelle le « féminisme de la deuxième vague ». Composé d’une sélection de textes parus dans diverses revues depuis 1970, ce livre invite à une réflexion de fond sur « les possibles du féminisme ». Le contexte s’y prête tout particulièrement, alors que fusent de toutes parts les discours sur l’obsolescence du féminisme et ceux sur « l’égalité entre les hommes et les femmes comme valeur fondamentale de la société québécoise ».
 
Les différents chapitres viennent soutenir la trame centrale du livre : le féminisme ne fait pas mouvement, il est mouvement. Ce mouvement est dynamique, sans cesse sous tension, protéiforme. Le féminisme est donc, d’une certaine manière, insaisissable. Cela signifie que toute tentative pour en tracer les contours doit d’abord considérer la diversité du groupe social que représentent les femmes. En découle une méfiance vis-à-vis des groupes et discours féministes qui prétendent parler au nom de toutes. Car si la lutte féministe exige d’abord d’identifier le système d’oppression universel (le patriarcat), elle implique également de reconnaître la diversité des positions depuis lesquelles cette oppression est vécue.
 
Cette pluralité inévitable et essentielle entraîne toutefois certaines difficultés lorsque vient le temps de s’unir dans l’action. Sous quelle bannière faire front commun ? La condition de femme ne suffit pas à tisser les liens de la solidarité. Voilà le cœur de la problématique du livre, brillamment contenue dans le sous-titre « Agir sans "nous" ». Dans l’article central éponyme, l’auteure fait converger ses réflexions vers une proposition : « formuler un projet féministe critique qui repose à la fois sur une politique postidentitaire, sur le refus de l’institutionnalisation et sur l’insolence » (p. 169). Je résumerais cette proposition en ces mots : puisqu’il n’existe pas un sujet unique du féminisme, évitons de nous enfermer dans un cadre rigide qui tente de nous définir et osons déranger l’ordre patriarcal.
 
Les réflexions de Lamoureux permettent de mieux comprendre plusieurs éléments clés constitutifs du mouvement féministe (le passage d’objets de politiques à celui de sujets politiques, la prestation de services par les groupes féministes, la féminisation de la pauvreté, le pouvoir et l’objectivation des femmes, l’identité versus le pluralisme, la troisième vague du féminisme, l’intersectionnalité, pour ne nommer que ceux-là). L’auteure offre ainsi aux féministes des outils pour mieux situer leur lutte et des raisons pour refuser de se contenter d’un mouvement institutionnalisé. Il importe à ses yeux que le féminisme puisse à nouveau être un moteur de transformation sociale. Elle affirme : « Dans un tel contexte, il me semble important de rappeler que le féminisme est essentiellement un parcours de liberté. […] [L]e féminisme ne peut se contenter de faire inclure des femmes au sein des élites et constitue, aujourd’hui comme hier, un projet révolutionnaire. Rien de ce qui concerne le vivre-ensemble des êtres humains ne lui est étranger » (p. 10).
 
Intellectuelle et militante, Lamoureux écrit de façon claire, synthétique et limpide. Les textes proposés forment une analyse qui permet de mieux saisir les contours d’un mouvement, de nommer ses écueils et de situer son potentiel. Cet ouvrage est une synthèse essentielle et inspirante, dotée de surcroît d’une riche bibliographie « féminisme 101 ». À noter qu’il ne constitue toutefois pas un ouvrage d’initiation au féminisme, mais s’adresse plutôt à un public avisé, déjà au fait de ses enjeux centraux.

Diane Lamoureux
Les possibles du féminisme. Agir sans « nous »
Montréal, les Éditions du remue-ménage, 2016, 280 p.

La trahison des élites : Austérité, évasion fiscale et privatisation au Québec



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend