Relations Hiver 2023-2024 / Dossier

Pour assurer leur durée, les sociétés comme les familles ont la charge permanente de transmettre aux générations nouvelles les savoir-penser et les savoir-faire qui constituent le legs culturel. Ce processus, jamais statique, mobilise à cette fin diverses institutions soumises aux aléas de l’histoire. Or, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, celles-ci semblent, à cet égard, en pleine crise. L’historien Éric Hobsbawm en précise les conséquences lorsqu’il écrit : « La destruction du passé, ou plutôt des mécanismes sociaux qui rattachent les contemporains aux générations antérieures sont l’un des phénomènes les plus caractéristiques et mystérieux de la fin du XXe siècle. De nos jours, la plupart des jeunes grandissent dans une sorte de présent permanent, sans aucun lien organique avec le passé public des temps dans lesquels ils vivent. »

Sont concernés en premier lieu les principaux canaux de transmission des visions symboliques du monde — la famille, l’école, les communautés de foi, les institutions juridiques, etc. —, mais également les pratiques qui en activent l’efficience et les règles morales qui en orientent l’action.

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Share via
Send this to a friend