Relations septembre 2010

Le pouvoir de la désobéissance civile

Catherine Caron

Le pouvoir de la désobéissance civile

« Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit. »

Les délinquants solidaires

Ils étaient 20 000 en France, le 8 avril 2009, à se présenter devant les palais de justice comme prisonniers volontaires pour avoir commis le délit d’avoir un jour aidé un sans-papiers en difficulté.

 

La désobéissance civile intrigue. Après tout, elle consiste à franchir les limites de l’illégalité pour poser un geste non-violent à caractère politique. Est-ce là bien raisonnable en démocratie? se demande-t-on.

Mais pour qui veut une société juste, comme le dit la devise de Relations, un tel sujet est un passage obligé, parce que la désobéissance civile est une « respiration de la démocratie », comme le dit Jean-Marie Muller dans ce dossier, et une réalité vécue dans le monde presque chaque jour actuellement.

La désobéissance civile « ne s’appuie pas d’abord sur des motivations de morale personnelle ou de doctrine religieuse, même si celles-ci peuvent jouer un rôle de soutien dans la conscience des désobéisseurs. Elle demande à être comprise comme reposant sur la conception commune de la justice qui sous-tend l’ordre politique » (Bernard Quelquejeu, Alternatives non-violentes, no 142). Là où la société est très polarisée, cette conception commune de la justice se trouve écartelée et soumise à rude épreuve. On l’observe entre autres aux États-Unis actuellement, où la réforme de la santé controversée du président Obama entraîne de la désobéissance civile à droite comme à gauche du spectre politique, au nom de points de vue fort différents sur la justice, l’égalité, la liberté. Mais en général, l’existence d’une conception commune de la justice largement répandue – fruit de l’évolution humaine et de l’héritage des luttes politiques et sociales ayant conduit, entre autres, à la Déclaration universelle des droits de l’Homme – explique que la désobéissance civile soit historiquement associée aux grands défenseurs des droits et libertés davantage qu’aux conservateurs réactionnaires.

Pas plus que la démocratie cependant, cette vision commune de la justice ne doit être tenue pour acquise. Elle est fragile, mouvante et soumise à l’emprise de l’idéologie. Notre époque en atteste, alors que la « pensée unique », la doctrine néolibérale, continue de légitimer la prédation, la dépossession et la privatisation du bien commun et des biens publics, ce qu’une partie de la population en vient à ne plus percevoir comme des injustices, y voyant à tort la fatalité à l’œuvre ou l’infériorité des laissés-pour-compte. D’autres voient là un bris dans la conception commune de la justice et un important recul de civilisation qu’ils combattront et tenteront d’inverser.

De l’Inde au Brésil, par milliers, paysans, sans-terre et Autochtones en tête – tous ces « expropriés de leur capacité de subsistance au nom d’un utopique enrichissement », comme le disent bien Majud Rahnema et Jean Robert dans La puissance des pauvres (Actes Sud, 2007) –, ont recours à la désobéissance civile dans le cadre de multiples luttes pour dénoncer l’injustice dont ils sont victimes et tenter de forcer un changement politique. À cela s’ajoutent des citoyens défendant aussi la justice et le bien commun à travers diverses causes (la paix, le commerce juste, les droits et libertés des enfants, des femmes, des sans-papiers, les droits des travailleurs, la sauvegarde des écosystèmes, etc.). Face au déficit démocratique grandissant dans nos sociétés où les élites politiques et économiques ignorent et méprisent régulièrement les manifestations, pétitions, consultations, etc., plusieurs en viennent à voir dans la désobéissance civile un ultime et puissant recours.

À cet égard, à l’heure où ministres, députés, ambassadeurs et fonctionnaires sont muselés et soumis à un contrôle de l’information de plus en plus autocratique dans notre propre pays, ce qui bafoue l’un des grands fondements de la démocratie – le droit du public à l’information –, la question se pose : la désobéissance civile ne pourrait-elle pas contribuer à mettre fin à la délinquance d’un gouvernement minoritaire qui ne respecte pas les droits et la démocratie? Certains des penseurs et praticiens de la désobéissance civile défendent cette idée que tout fonctionnaire devrait refuser d’obéir non seulement à un ordre illégal, mais également à un ordre illégitime, en vertu d’un code de déontologie qui spécifierait une telle possibilité.

Chose certaine, ce dossier s’inscrit dans un contexte où la situation de la démocratie et des libertés civiles s’aggrave ici même au Canada. Lors des récentes mobilisations entourant le G20 à Toronto, on a vu une sorte de désobéissance civile non organisée s’incarner de manière presque absurde, tant le seul fait d’être là (dans une rue ou à Queen’s Park, par exemple), pacifiquement, devenait un acte de désobéissance face à un pouvoir injuste. Le moindre sit-in improvisé en signe de revendication de son droit citoyen d’occuper l’espace public fut violemment attaqué par les forces policières. À la suite de cette répression aussi brutale qu’injustifiable, il faut maintenant construire les solidarités qui seules peuvent nous prémunir contre le désengagement et la peur qu’un tel événement traumatique peut faire germer. Cela implique aussi d’analyser de manière critique quels sont les véritables objectifs atteints par les diverses tactiques de contestation. Souhaitons que nos réflexions nourrissent le débat et que notre admiration envers le courage de ceux et celles qui n’ont parfois d’autre choix que de mettre leur liberté et parfois jusqu’à leur vie en jeu pour combattre, pacifiquement, une loi ou un pouvoir injuste, soit porteuse d’espoir et de changement.

 

Le pouvoir de la désobéissance civile



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend