Relations Hiver 2023-2024 / Débat

Alors que les échéances clés pour réussir la décarbonation de notre économie se rapprochent rapidement, la transition énergétique, c’est-à-dire l’abandon des combustibles fossiles — pétrole, charbon et gaz naturel — au profit des énergies à faibles émissions de gaz à effet de serre (GES) — hydroélectricité, éolien, solaire, nucléaire, biomasse, etc. — doit être l’élément central de toute politique climatique. Même au Québec, où près de 50 % de l’énergie consommée est d’origine renouvelable (incluant 40 % d’électricité) alors qu’au niveau mondial plus de 80 % de l’énergie consommée provient d’énergies non renouvelables (pétrole, gaz naturel ou charbon), le défi de réussir la transition énergétique est de taille.

Produire plus d’électricité

Au Québec comme ailleurs, toutes les projections montrent que l’atteinte des objectifs climatiques repose sur une augmentation significative de la production d’électricité. Miser principalement sur l’accroissement de l’efficacité énergétique ou sur la réduction de la consommation ne peut suffire. Il est facile de s’en convaincre sachant que la moitié de l’électricité produite au Québec est consommée par la grande industrie en fonction

 

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Share via
Send this to a friend