Relations Printemps 2021

Pierre Céré

La PCU, un bon point de départ

L’auteur est porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC)

Les mesures de crise montrent la voie à suivre pour réaliser une réforme urgente et complète du programme d’assurance-emploi au Canada.

Le 16 mars 2020 restera longtemps gravé dans nos mémoires. Cette date marque le jour 1 d’une secousse économique causée par la pandémie de COVID-19, une secousse d’une ampleur jamais vue depuis le krach boursier de 1929. Pendant cette seule semaine de mars, les mises à pied se comptent par centaines de milliers. On ne sait plus si on doit compter les « demandes de chômage » par milliers ou par millions. C’est à ce point grave que le programme d’assurance-emploi, désuet et malmené par les compressions des années 1990, implose sous nos yeux, dépassé par les événements. Le gouvernement fédéral n’a pas d’autre choix : il met en place un programme alternatif de soutien du revenu pour tous ceux et celles qui ne peuvent plus travailler, incluant les personnes qui ne seraient pas admissibles à l’assurance-emploi en temps normal, soit tout le secteur du précariat et le monde du travail autonome.

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend