Relations Hiver 2021-2022 / Ailleurs

Les dures sanctions économiques imposées à l’Iran par les États-Unis et la répression des mouvements de protestation par le régime de Téhéran s’alimentent mutuellement… au détriment d’une population à bout de souffle.


L’auteure est doctorante au Département de sociologie de l’UQAM

Dans la nuit du 14 novembre 2019, le gouvernement iranien fait une déclaration qui met le feu aux poudres dans le pays. Il annonce une augmentation de 50 % du prix subventionné de l’essence – prix dont bénéficie la population iranienne jusqu’à un certain seuil de consommation – et de 300 % du prix non subventionné. Pour riposter contre cette augmentation, la population prend massivement la rue presque partout dans le pays. Les manifestations se transformant en émeutes, les autorités coupent l’accès à Internet pendant une semaine. Fait nouveau, ce sont des individus appartenant à la classe la plus pauvre de la société qui se …

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Send this to a friend