Relations novembre-décembre 2016

La trahison des élites : Austérité, évasion fiscale et privatisation au Québec

André Beauchamp

Histoire inédite des Patriotes. Un peuple libre en images – Anne-Marie Sicotte

Depuis toujours, l’histoire du Québec est un panier de crabes et le débat n’en finit jamais entre une histoire « objective » qui rapporte « fidèlement » les évènements passés, au risque de favoriser le statu quo, et une histoire plus engagée qui interprète le passé et le lit à la lumière de convictions ou de clés de lecture bien identifiées. L’histoire est toujours à la fois portrait et interprétation. Dans cette perspective, le livre d’Anne-Marie Sicotte est plus qu’un livre d’histoire du Québec pour la période du Bas-Canada (1791-1840). C’est un récit historique très engagé et très incisif qui raconte la volonté de l’Angleterre (via le gouverneur local et l’élite anglaise installée ici) de mater et d’assimiler la colonie du Bas-Canada, laquelle s’obstine à rester française et demeure donc comme un corps étranger au sein de l’empire. Face à l’hostilité anglaise, le peuple canadien (comme on appelait à l’époque la population d’ascendance française) veut jouer à fond les règles du parlementarisme britannique et élit constamment une majorité de Patriotes à la Chambre d’Assemblée du Bas-Canada (77 représentants sur 88 en 1834). Le conflit est fondamentalement politique, puisque le Bas-Canada jouit théoriquement du meilleur système politique de l’époque (une institution, des règles du jeu et une assemblée représentative élue), mais son fonctionnement est constamment entravé par le gouverneur anglais et par le Conseil exécutif, qui gèrent la colonie à leur avantage.
 
Anne-Marie Sicotte est l’auteure d’une série romanesque en deux cycles, Le pays insoumis et Les tuques bleues. La recherche préparatoire à ces ouvrages ayant été considérable, elle a donc poursuivi son travail en rédigeant cette histoire des Patriotes. Elle y parvient en neuf chapitres intitulés « Un pays français », « Un pays souverain », « Un pays frondeur », « Un pays trahi », « Un pays condamné », « Un pays terrorisé », « Un pays enchaîné », « Un pays immergé », « Un pays pétrifié ». L’utilisation constante du mot pays n’est pas un hasard. L’auteure montre que la rébellion de 1837 n’est pas l’œuvre de quelques têtes brûlées : c’est un mouvement de fond. Le pouvoir anglais souhaite la rébellion pour enclencher la répression. Il y est parvenu (ce qui rappelle la loi sur les mesures de guerre de 1970). La répression est telle qu’un petit mouvement, les Frères chasseurs, envisage une véritable insurrection depuis les États-Unis, mais leurs moyens politiques, financiers et militaires sont dérisoires. En 1838, la débâcle est donc complète. En 1839, « la colonie au grand complet est placée sous tutelle non seulement militaire mais policière » (p. 392). Tout est en place pour la promulgation de l’Acte d’Union (1840).
 
Le récit est nerveux, intéressant, captivant. Il fourmille d’informations judicieuses et de détails croustillants, avec de nombreuses citations des acteurs concernés. On est donc très proche de la forme romanesque, voire de la forme épique. Comme dans un western, les bons sont toujours bons, les méchants toujours méchants, les traîtres toujours traîtres.
 
On ne peut recenser ce volume sans en signaler la richesse iconographique, car il compte près de 500 documents d’archives : tableaux, esquisses, portraits, extraits de journaux et de lettres, etc. C’est d’une richesse extraordinaire. Un bémol toutefois : plusieurs extraits de lettres et de documents sont donnés sous forme calligraphique qui donne faussement l’impression d’un fac-similé alors qu’il n’en est rien. J’ai pensé à Umberto Eco : L’art du faux. Était-ce vraiment nécessaire ?
 
Coup de gueule et coup de cœur, Histoire inédite des Patriotes permet de remettre les pendules à l’heure au sujet de ce moment de notre histoire, une histoire qui n’est jamais faite, mais qui reste à faire.

Anne-Marie Sicotte
Histoire inédite des Patriotes. Un peuple libre en images
Montréal, Fides, 2016, 439 p.

La trahison des élites : Austérité, évasion fiscale et privatisation au Québec



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend