Relations Printemps 2024 / Ailleurs

Au moment de la crise de la dette dans la zone euro, pendant la décennie 2010, la Grèce a suscité l’intérêt de la gauche et fait naître de nombreux espoirs en Europe comme à l’international. Le pays était alors plongé dans une crise profonde, tant sur les plans économique que social et politique, et subissait de plein fouet une violence « disciplinaire » imposée par l’infâme troïka (formée de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international), qui l’obligeait à mettre en œuvre un programme d’ingénierie sociale et d’austérité sauvage, conformément aux préceptes néolibéraux.

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Share via
Send this to a friend