Relations septembre 2007

Le temps de l'enfance

Saju George, s.j.

Foi, justice et danse

L’auteur, jésuite, est danseur classique indien à Calcutta

Les Exercices spirituels de saint Ignace, que j’ai faits lors de mon noviciat il y a vingt ans, ont défini ma vision et ma mission en tant que jésuite et danseur classique indien. Ils ont orienté ma façon de penser et de percevoir la vie. Ma rencontre quotidienne avec des personnes malades, pauvres, illettrées, exploitées, abandonnées, sans abri et sans voix – surtout des femmes et des enfants –, a confirmé mon désir d’être au service de la foi et de la justice. Plus tard, des études en philosophie, en théologie et en danse classique indienne ont consolidé ma vocation en tant que jésuite et artiste engagé.

La danse classique indienne fait partie intégrante de l’ethos culturel et socio-religieux hindou. Cette pratique permet de traverser les frontières culturelles et les systèmes de croyances. Ainsi, quand j’approche les arts indiens, j’entre en dialogue avec les hindous. Quand j’exprime le message d’amour universel du Christ à travers ce moyen d’expression qu’est la danse indienne traditionnelle, il me semble que je permets à son Esprit de toucher profondément et indistinctement les chrétiens et les non-chrétiens.

J’enseigne la danse et le théâtre à des groupes de jeunes, à Calcutta et dans des villages voisins. Avec eux, j’ai récemment organisé un programme culturel, en collaboration avec une vingtaine d’institutions dirigées par des jésuites à Calcutta ou à l’extérieur de cette ville. Au cœur de ce programme, il y avait entre autres un spectacle portant sur la vie et la mission de saint François Xavier. Ce projet a mobilisé seize jeunes jésuites et une centaine d’enfants – dont l’âge variait entre 12 et 18 ans – issus de villages pauvres. Le but n’était pas seulement d’enseigner la danse à ces enfants, mais aussi de soutenir leur confiance en eux-mêmes, de développer leur personnalité, leur sens de la discipline et d’offrir une véritable formation spirituelle. Ainsi, ces enfants de milieux socio-économiques défavorisés ont pu vivre une expérience enrichissante, faite d’esprit d’équipe, de prise de conscience de leur potentiel expressif et artistique et d’initiation aux arts de la scène (maquillage, éclairage, conception de costumes, etc.).

Outre la danse, mon travail de jésuite consiste aussi à rencontrer le Christ pauvre dans les souffrances de nombreuses familles qui s’adressent à nous pour un problème de logement ou tout autre service humanitaire. Nous vivons à proximité des personnes marginalisées sur le plan économique, social et éducatif. À titre de directeur d’un organisme qui s’appelle Shanti Nir (mot signifiant « Le nid de la paix »), nous sommes engagés dans des projets de construction de maisons à prix modiques pour les plus pauvres – surtout des veuves. Mais les besoins sont énormes et nos moyens sont modestes et insuffisants. Nous sommes en recherche de fonds pour l’avenir. Présentement, nous arrivons à peine à fournir aux personnes les matériaux nécessaires à la construction d’un logement de fortune offrant au moins une protection contre la pluie et le soleil.

Shanti Nir est également un centre éducatif. Environ 200 filles et garçons pauvres y viennent pour obtenir de l’aide scolaire auprès des dix instituteurs que nous avons embauchés. Notre but n’est pas seulement d’offrir une meilleure éducation – à prix modique ou même gratuite –, mais aussi de les éloigner de comportements destructifs, tels que le vol et la consommation de drogue et d’alcool. Nous tentons de leur communiquer le sens du devoir et des responsabilités envers la famille, la société et la nature. L’éducation est le premier outil de développement personnel et de transformation sociale.

La danse classique indienne a le potentiel de nous humaniser et de nous diviniser. Un danseur classique indien se spécialise dans l’étude de l’expression théâtrale des émotions humaines. Selon la théorie esthétique indienne, il y a neuf émotions humaines de base (sthayibhavas), qui sont à l’origine des neuf sentiments de ravissement esthétique (rasas). Cet entraînement en matière d’exploration et d’expression des émotions humaines sensibilise aux situations existentielles quotidiennes de nos semblables. Dieu est amour et bienveillance. Ses bras étendus sur la croix appellent l’ouverture de nos propres bras pour aider notre prochain. Mon pèlerinage dans l’univers de la danse classique m’aide à incarner dans notre monde le visage de compassion et de justice du Dieu de Jésus Christ. Du moins, c’est mon espérance.

Le temps de l'enfance



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend