Relations Automne 2021 / Regard

Une réforme en profondeur s’impose dans les services de soutien à domicile au Québec. Cela passe par la remise en question du modèle public-privé de prestation des services et par la poursuite d’un processus, initié dans les années 1970, qui place l’approche communautaire en santé et la démocratisation au cœur des services.


L’auteure est professeure à l’Université du Québec en Outaouais (UQO)

La pandémie de COVID-19 exacerbe une crise qui existait déjà dans les services de soutien à domicile au Québec ; des services insuffisamment financés et largement confiés au secteur privé. Le manque de services s’aggrave avec le délestage et la pénurie de personnel, tout comme les risques liés au travail augmentent dans les emplois précaires où se trouve confiné un personnel socialement discriminé (femmes, personnes racisées ou migrantes). Une réforme est urgente afin que l’État garantisse tant des conditions de travail justes que le droit à la santé des personnes usagères et proches aidantes, en majorité des femmes, dont le fardeau s’alourdit sans cesse.

Pour lire la suite de cet article, il faut soit acheter le numéro, soit vous abonner ou vous connecter si vous êtes déjà abonné. Merci.



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Send this to a friend