Relations décembre 2013

Mouloud Idir

Dans le ventre du Soudan – Guillaume Lavallée

Au cœur du conflit soudanais

 
Cet ouvrage nous permet de remonter le fil des évènements ayant précédé l’indépendance du Soudan du Sud. Il nous plonge au cœur des tribulations ayant ponctué les mois précédant l’indépendance de ce pays, en janvier 2011. La population sud-soudanaise a voté à 98,8 % pour la sécession lors de ce référendum historique. Près de quatre millions d’électeurs s’étaient inscrits à ce scrutin, pour une population d’environ huit millions d’habitants. Le référendum était un élément-clé d’un accord de paix de 2005, qui avait mis fin à deux décennies de guerre civile entre le gouvernement de Khartoum, la capitale soudanaise, et les rebelles du Sud.
 
Le journaliste Guillaume Lavallée connaît visiblement bien l’actualité politique récente du Soudan. Il faut dire qu’il a été correspondant de l’Agence France-Presse dans ce pays, où il s’est installé à Khartoum en 2009 pour couvrir et témoigner des conséquences du mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale contre le président Omar El-Béchir.
 
Si les médias ne cessent de parler de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, de génocide au Darfour, ils fournissent toutefois peu d’analyses de fond permettant de mieux décrypter ces réalités complexes et les multiples enjeux géopolitiques sous-jacents au conflit soudanais (voir M. Idir, « Soudan du Sud : la naissance d’un nouvel État », Relations, no 753, décembre 2011). Ce livre fait donc œuvre utile, surtout que la grande majorité des publications portant sur ce sujet sont de langue anglaise. L’auteur fournit ainsi au public québécois une analyse plus élaborée que celle qu’il était astreint à produire dans le cadre plus limitatif des dépêches d’agences de presse.
 
La somme d’informations distillée dans ce livre permet notamment de comprendre la rationalité des acteurs pour qui la violence est un levier politique important, qu’il s’agisse desdites milices proches de l’armée nordiste, des rebelles sudistes, voire des rebelles de la région du Darfour. Elle permet aussi de saisir les interstices d’un conflit qui confinera de larges pans de la population à des conditions de dénuement. Le journaliste les raconte dans un style littéraire et une langue qui nous permettent de déceler un regard à la fois aguerri, mais aussi sensible et très au fait des codes culturels locaux.
 
Les péripéties et rencontres qui ponctuent l’ouvrage permettent de mieux prendre la mesure de ce qu’exige une couverture journalistique en zone de guerre. Elles fournissent de plus à l’auteur le prétexte idoine pour faire une sorte de sociologie du conflit armé. Des témoignages font entendre la voix des populations locales qui expriment leur exaspération et décrient le sort qui leur est dévolu malgré la manne pétrolière. Sans oublier l’enjeu de l’eau dans la région.
 
La lecture nous plonge aussi au cœur d’enjeux post-référendaires, notamment le sort des populations originaires du sud habitant au nord et le difficile choix qu’elles doivent faire au terme de la naissance du nouvel État au sud. L’auteur aborde cet enjeu tout en nous introduisant à la réalité du phénomène migratoire qui caractérise le vécu de ces personnes.  
 
En tant que nouvel État, un des défis auquel est confronté le Soudan du Sud est le recrutement et la formation de cadres et de fonctionnaires. À cet égard, l’auteur n’hésite pas à critiquer la forte présence d’ONG et d’organismes d’aide internationale dans le pays, qui risque de miner la construction de l’État naissant et la capacité de celui-ci à résister aux pressions des intérêts étrangers.
 
Comme la population du pays est caractérisée par une très grande diversité, l’État devra aussi veiller à ce que ses diverses composantes soient intégrées dans ses institutions. Le livre nous introduit subtilement à ces enjeux par le biais de témoignages et de récits de rencontres, mais aussi par des rappels historiques : cela permet d’aller au-delà des simplismes que charrient trop souvent les lectures ethnicistes des conflits.
 

Guillaume Lavallée
Dans le ventre du Soudan
Montréal, Mémoire d’encrier, 2012, 270 p.

La promesse du don

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Share via
Send this to a friend