Relations mai-juin 2016

Christine Cadrin-Pelletier

Chroniques d’une musulmane indignée – Asmaa Ibnouzahir 

« J’envoie ces pages comme une invitation à ouvrir un dialogue serein, généreux et empathique avec toutes celles et tous ceux qui sont soucieux-ses de la justice et de la paix sociales » (p. 365). S’il y a un cri du cœur dans ce livre, c’est bien celui-là !
 
Asmaa Ibnouzahir, Québécoise d’origine marocaine et de religion musulmane, est indignée : indignée par le sort réservé à chaque musulman et musulmane qu’on investit de la responsabilité de tout acte condamnable commis par des coreligionnaires ; indignée de l’islamophobie latente ou virulente et de la méconnaissance de l’islam et de sa complexité, faite de richesses et d’égarements historiques comme le sont d’autres religions ; indignée de l’absence d’objectivité et d’esprit critique face aux enjeux sociopolitiques. Elle s’indigne aussi devant une posture néocoloniale occidentale qui prétend déterminer les modalités de l’émancipation des musulmanes, jugées soumises et dominées. Sans oublier les cloisons idéologiques qui déforment la réalité et la hantise du religieux incitant à privilégier une laïcité fermée, faisant fi de la valeur de l’expérience spirituelle authentique et tendant à confiner au privé l’exercice du droit à la liberté religieuse et à son expression. D’où la question : « Qu’est-ce qui nous pousse à accorder autant de tribunes à des voix qui divisent et qui traînent dans leur sillage peur, rejet et opportunisme politique ? » (p. 222).
 
Mûrement réfléchi, ce livre relate le parcours d’immigrante de l’auteure au Québec, son engagement citoyen et humanitaire dans plus d’une quinzaine de pays, d’où sa compréhension intime « de la géopolitique, de la manipulation de l’islam et de l’oppression des femmes » (p. 91). Loin d’être une façon de se mettre en valeur, l’approche autobiographique des cinq premières parties témoigne des exigences de l’intégration, des tensions ressenties entre l’héritage culturel d’origine et celui de la société d’accueil qui attire et rebute à la fois. Le retour sur son expérience alimente notre compréhension des analyses sociologiques, culturelles, théologiques et politiques proposées surtout dans la sixième partie du livre.
 
Soucieuse de contribuer aux débats de société, l’auteure commente la controverse entourant Tariq Ramadan, les caricatures du prophète, la chari’a, les crimes d’honneur, le port du foulard, l’alimentation halal, les accommodements raisonnables et le projet de « Charte des valeurs québécoises ». Elle apporte aussi des précisions sémantiques sur des concepts islamiques et la diversité des écoles de pensée musulmanes. Elle aborde la question du rôle et de la formation des imams, questionne le mythe de l’infiltration musulmane dans des organisations de la société civile, précise le contexte d’origine, le sens et la portée de certains versets du Coran et décrit la lutte féministe islamique, à laquelle elle consacre son dernier chapitre.
 
La valorisation de la spiritualité musulmane, du droit des femmes, de la justice et de la paix sociales constituent le socle de son analyse, comme de sa vie. Si l’auteure s’en prend nommément à certaines personnes dont le discours idéologique tend à travestir la réalité, c’est au nom de ces valeurs fondamentales.
 
Son argumentaire, solide et nuancé, oblige à réfléchir à la réalité complexe de l’immigration, de l’islam et des femmes musulmanes en particulier. Lorsqu’elle applique à d’autres groupes sociaux ou religieux ce qu’on attribue aux personnes de religion musulmane, Asmaa Ibnouzahir permet au lecteur de prendre une distance critique par rapport à ses référents culturels, ce qui aide à une meilleure compréhension mutuelle. Si l’auteure déconstruit les peurs et les préjugés alimentés par les médias, elle s’attarde moins cependant à soupeser la pression psychologique exercée sur l’opinion publique par le terrorisme islamiste international, qu’elle condamne vigoureusement par ailleurs.
 
Écrit par une femme de tête et de cœur, ce livre demeure un incontournable dans le contexte sociopolitique actuel pour qui veut éviter les condamnations collectives, contribuer à l’approfondissement de nos débats de société et améliorer la qualité du vivre-ensemble.

Asmaa Ibnouzahir
Chroniques d’une musulmane indignée
Montréal, Fides, 2015, 367 p. 

La puissance de la création



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Share via
Send this to a friend