Relations Automne 2021 / ÉDITORIAL

Après avoir célébré de belle manière le 70e anniversaire de Relations en 2011, puis le 75e en 2016, nous pensions franchir le cap des 80 ans sans tambours ni trompettes, telle une sorte de force tranquille dans l’univers des revues québécoises. Mais le fait est qu’une frénésie de renouveau a fini par s’emparer de nous, à l’approche de cet important jalon ! Confessons aussi qu’après des mois de confinement, rien n’y fait : Relations a plus que jamais envie de célébrer et de se placer au cœur du lien social – slogan de cet anniversaire.

Vous tenez donc entre vos mains l’un des fruits de ce désir de renouveau : la nouvelle version imprimée de la revue. Son enveloppe graphique, plus contemporaine et épurée, conçue par notre directrice artistique France Leduc en collaboration avec Anne Vaugeois, facilite la lecture, faisant la part belle aux œuvres des artistes visuels qui nous accompagnent depuis maintenant plus de 20 ans. Son nouveau logo, souligné d’un trait rouge qui dépasse à gauche, est un clin d’œil à son positionnement politique, réitérant son parti pris indéfectible pour la justice sociale ainsi que pour une analyse critique des enjeux de société qui soit en même temps attentive au fait religieux et aux questions de sens – une inclination liée à l’ancrage jésuite dont elle tire sa spécificité.

Sur le plan du contenu, plusieurs nouveautés sont à signaler. Soulignons d’abord une toute nouvelle collaboration avec l’écrivaine Lorrie Jean-Louis, qui nous fera voir le monde du côté des personnes exclues de notre société au fil de quatre textes proposés dans la nouvelle rubrique Aux frontières. Nous déployons aussi une nouvelle série d’articles sur l’écologie politique radicale, illustrée par Clément de Gaulejac, et ferons place à un grand entretien avec des figures importantes à chaque numéro. La rubrique Questions de sens devient par ailleurs En quête de sens. Mise en image par l’illustrateur Christian Tiffet, elle s’intéressera au phénomène religieux de manière socio-anthropologique. Quant aux caricatures grinçantes de Jacques Goldstyn, on les retrouvera désormais dans un nouvel espace baptisé Dans l’œil de Goldstyn. La poète et psychiatre Ouanessa Younsi assume le Carnet cette saison.

À 80 ans, la revue se permet à la fois de s’étendre un peu (avec plus de pages) et de se faire plus rare (avec une fréquence de quatre numéros par année plutôt que six). A contrario d’une société obnubilée par l’instantanéité et l’accélération perpétuelle, elle ose ainsi rester fidèle à son amour de l’imprimé et à sa volonté d’inscrire sa portée dans le temps long de la vie. Mais toujours bien de son temps, c’est sur son site Web revampé et ses médias sociaux que vous pourrez découvrir, entre deux numéros, nos articles d’actualité, nos billets de blogue ainsi que deux toutes nouvelles séries de balados. La première offrira une version audio de la chronique littéraire de Valérie Lefebvre-Faucher, qui lira ses propres textes. La seconde, intitulée En dialogue, permettra des rencontres stimulantes pour prolonger la réflexion portée par nos dossiers thématiques. L’équipe éditoriale de la revue est également appelée à se renouveler dans les prochains mois, en raison du départ de Michaël Séguin que nous félicitons pour l’obtention d’un poste de professeur à l’Université Saint-Paul.

Depuis 80 ans, Relations accompagne de nombreuses luttes sociales et politiques afin d’éclairer la façon dont elles contribuent à préserver le lien social contre ce qui le délite.

Cet anniversaire et une telle refonte sont aussi, surtout, l’occasion de nous redemander qui nous sommes et en quoi nous croyons. Le dossier proposé dans ce numéro fait écho à ce questionnement, tout en le projetant à l’ensemble de la société. Dans un monde confronté à des enjeux aux conséquences gravissimes – que l’on pense à la crise climatique ou à la crise des inégalités –, il s’agit de se questionner sur le sens à donner à notre action en réaffirmant clairement la nécessité de prendre parti, au nom de notre humanité commune. Car malgré l’âge vénérable de Relations, rien n’émousse notre désir d’une transformation sociale porteuse de justice, ni notre attitude de résistance critique face au capitalisme qui dévore le monde et ravage la Terre, face au poison du racisme qui déshumanise et perpétue l’injustice, ou face aux violences multiples faites aux femmes, entre autres.

Depuis 80 ans, Relations accompagne de nombreuses luttes sociales et politiques afin d’éclairer la façon dont elles contribuent à préserver le lien social contre ce qui le délite. Car c’est le plus souvent des conflits et tensions que montent avec force les voix qui demandent justice. Notre devoir est de fournir l’effort de compréhension, d’accueil et de bienveillance nécessaires pour que ces voix ne soient pas réduites au silence. Même si cela est parfois rendu difficile par la polarisation extrême ou la puissance des discours dominants qui normalisent l’exclusion, sinon la répression, c’est la mission que nous entendons continuer de remplir, pour faire croître la conspiration de la solidarité et du partage.



Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre


Send this to a friend