L’économie toxique : spéculation, paradis fiscaux et pouvoir des banques


La financiarisation de l’économie, à l’ère du néolibéralisme, comporte plusieurs conséquences toxiques pour nos sociétés. Pendant que le développement des paradis fiscaux prive les États de revenus pour financer des programmes sociaux, la spéculation financière et le pouvoir accru des banques entraînent une déstabilisation permanente de l’économie productive. Le tout, on le voit, affecte directement les ménages de la classe moyenne, toujours plus endettés.

Nous discuterons de ces problèmes ainsi que des possibles solutions avec:
BERNARD ÉLIE, économiste, professeur associé à l’UQÀM et membre d’Économie autrement;
AUDREY LAURIN­LAMOTHE, doctorante en sociologie à l’UQAM et membre du Collectif d’analyse de la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA);
CLAUDE VAILLANCOURT, enseignant et écrivain, président d’ATTAC­Québec.

Organisée en collaboration avec le Réseau pour un discours alternatif sur l’économie.

Cette Soirée s’inscrit dans la foulée de la parution du livre L’économie toxique:
spéculation, paradis fiscaux, lobby, obsolescence programmée,
publié chez M Éditeur, sous la coordination de Bernard Élie et Claude Vaillancourt.

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Le Centre justice et foi (CJF) est un centre d’analyse sociale qui pose un regard critique sur les structures sociales, politiques, économiques, culturelles et religieuses. Il publie la revue Relations et organise différentes activités publiques, notamment les Soirées Relations. Son secteur Vivre ensemble développe une expertise sur les enjeux d’immigration, de protection des réfugiés ainsi que sur le pluralisme culturel et religieux.