25 août 2022

Mot du nouveau directeur du CJF, Oscar Benavides-Calvachi

Photo Oscar Benavides-Calvachi

Chers amis et amies,

Comme plusieurs le savent, j’ai entamé, depuis le 30 mai dernier une nouvelle étape de ma vie professionnelle en devenant directeur du Centre justice et foi (CJF), nomination qui est devenue effective en juillet. Quelle chance pour moi et, en même temps, quel grand défi ! J’en suis d’autant plus heureux que le CJF entre l’année prochaine dans sa 40e année d’existence : ce qui me permettra de vivre cette étape de transition en participant avec l’équipe du CJF au discernement et à la lecture des signes des temps qu’un tel anniversaire invite à faire afin de maintenir le cap et de nous projeter dans l’avenir.

Comment nous adapter aux temps nouveaux sans perdre de vue notre mission, sinon en portant ensemble notre regard sur la contribution du CJF à la société québécoise. Cet héritage nous guide vers l’avenir. Nous le devons au travail inestimable de l’équipe du CJF et de ses collaborateurs et collaboratrices, sans lesquels la mission du Centre n’aurait pu se développer. Je voudrais profiter de cette occasion pour souligner le dévouement remarquable d’Élisabeth Garant durant toutes ses années au CJF, en particulier en tant que directrice. Merci du fond du cœur Élisabeth !

Voir, ressentir, analyser, apprendre et réapprendre sont quelques-uns des éléments-clés qui caractériseront la nouvelle étape de ma vie personnelle et professionnelle. On n’arrête d’apprendre qu’à la dernière seconde de notre existence. La vie est remplie de défis et parsemée de transitions, cela fait partie de notre condition humaine.

Permettez que je me présente en quelques mots. Je suis natif de San Juan de Pasto, dans le sud de la Colombie. J’ai grandi dans cette ville entourée de montagnes, avec le volcan Galeras à la fenêtre de ma chambre. Les montagnes m’ont toujours incité à imaginer ce que serait le monde au-delà d’elles. L’oppression politique et la violence gouvernementale des années 1980 en Colombie et en particulier dans mon coin de pays ont entraîné de grands changements dans ma vie et dans la société colombienne en général.

J’ai fait mes études dans un collège jésuite, avant d’étudier le droit à l’université. J’ai bien essayé d’exercer le droit comme avocat, mais l’utilisation courante en Colombie de la loi et du droit en tant qu’instruments d’oppression et d’injustice m’a en quelque sorte expulsé du monde des avocats. Je suis revenu tout naturellement à ce que dictait mon cœur : suivre ma vocation pour la paix et la justice sociale. C’est pourquoi j’ai poursuivi mes études dans le domaine des droits de la personne, de l’égalité de genres, ainsi qu’en études bibliques. Mon premier professeur de Bible a été le théologien de la libération Gustavo Gutierrez. J’ai travaillé à la promotion et à la défense des droits humains et accompagné les victimes et les organisations de victimes de la violence sociopolitique en Colombie, notamment les organisations de femmes. Plus tard, je suis allé au Brésil pour travailler sur des programmes de paix et de prévention de la violence contre les femmes et la protection de leurs droits. Avec elles, j’ai appris particulièrement l’importance de se remettre en question.

Puis la vie m’a amené aux États-Unis, pour un court instant, et au Mexique pendant 5 ans. Le travail que j’y ai réalisé avait pour axes principaux la migration, la paix et l’éducation.

Je suis marié à Liliana avec qui j’ai eu un fils, Oscar, qui a maintenant 10 ans. Nous vivons au Québec depuis trois ans. De mars 2020 à mai 2022, j’ai été coordonnateur d’une merveilleuse petite organisation de défense des droits humains et de solidarité internationale : Projet accompagnement Québec-Guatemala. Durant cette période, le travail et les activités du CJF avaient attiré déjà mon attention. Je suis vraiment fier maintenant de pouvoir y contribuer directement.

Merci à vous tous et à vous toutes de faire partie du réseau CJF. Votre présence et votre soutien nous sont indispensables. Rien n’arrive par magie sauf parfois l’amour.

Mes salutations les plus cordiales.

Oscar Benavides-Calvachi

 

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Le Centre justice et foi (CJF) est un centre d’analyse sociale qui pose un regard critique sur les structures sociales, politiques, économiques, culturelles et religieuses. Il publie la revue Relations et organise différentes activités publiques, notamment les Soirées Relations. Son secteur Vivre ensemble développe une expertise sur les enjeux d’immigration, de protection des réfugiés ainsi que sur le pluralisme culturel et religieux.

Share via
Send this to a friend