Le bouclier antimissile et la participation du Canada à  l’hégémonie des États-Unis

Lire la version PDF

Le bouclier antimissile, mis de l'avant par le gouvernement des États-Unis au nom de la défense de l'Amérique du Nord, semble plutôt être une projection de la puissance militaire étatsunienne dans l'espace et un facteur de relance de la course aux armements. Le gouvernement du Canada penche en faveur d'une participation canadienne au bouclier, malgré sa position traditionnelle contre la militarisation de l'espace. Dans ce dossier comme dans d'autres, M. Paul Martin paraît accorder beaucoup plus d'importance à l'intégration canadienne dans le dispositif sécuritaire et militaire des États-Unis (et aux juteux contrats qui s'y rattachent) qu'aux convictions pacifistes maintes fois répétées des Québécois et des Canadiens.

Comment le déploiement du bouclier antimissile s'inscrit-il dans la logique hégémonique de la politique étrangère des États-Unis? Quel rôle le Canada est-il appelé à jouer dans ce grand jeu de la domination? Comment fonctionnera ce bouclier? Est-il seulement réaliste de penser qu'un tel bouclier puisse être efficace pour nous « protéger »? Quelles sont les pistes d'action pour empêcher que le Canada ne participe à un tel projet? La Soirée Relations sera l'occasion de débattre de ces questions avec nos invités.

Avec :

  • Martine Éloy, membre du Comité de coordination de la Campagne canadienne contre le bouclier antimissile;
  • Raymond Legault, membre d'Objection de conscience et porte-parole du Collectif échec à la guerre;
  • Louis Marchildon, professeur de physique à l'Université du Québec à Trois-Rivières et membre de l'association Science for Peace.

Jeudi 27 mai 2004, 19 h à 21 h 30
Maison Bellarmin
25, rue Jarry Ouest
Montréal, QC

et

Lundi 31 mai 2004, 19 h à 21 h 30
Rest-pub L'échouerie
290, rue Saint-Joseph
Québec, QC

Restez à l’affut de nos parutions !
abonnez-vous à notre infolettre

Le Centre justice et foi (CJF) est un centre d’analyse sociale qui pose un regard critique sur les structures sociales, politiques, économiques, culturelles et religieuses. Il publie la revue Relations et organise différentes activités publiques, notamment les Soirées Relations. Son secteur Vivre ensemble développe une expertise sur les enjeux d’immigration, de protection des réfugiés ainsi que sur le pluralisme culturel et religieux.

Share via
Send this to a friend