Secteur Vivre Ensemble
Facebook Twitter Vimeo

DOSSIER : - Femmes en mouvement

Femmes en mouvement

SOMMAIRE DU BULLETIN

Webzine Vol. 17 no 57
AUTOMNE 2009

Discrimination et emploi

Par : Louise Dionne

La féminisation des migrations suscite un intérêt grandissant parmi les chercheures universitaires, mais aussi au sein des organismes communautaires.

Parmi les difficultés rencontrées par les femmes migrantes, certaines sont liées aux inégalités économiques entre les hommes et les femmes et à l’accès au marché du travail. Les discriminations qui en découlent, bien qu’étant aussi le fait des femmes en général, associées à la difficile réalité de la migration, demandent une attention particulière comme l’affirme plusieurs recherches. Il ne s’agit pas de faire de ces femmes des victimes , mais d’illustrer leurs forces et dénoncer les incohérences des structures et leurs effets sur des femmes qui ne demandent qu’à participer pleinement à la société qui les accueillent.

Plusieurs recherches québécoises publiées en 2009 ont abordé les questions relatives à l’accès aux emplois décents pour ces femmes. Elles soulignent les écueils auxquels doivent faire face les nouvelles arrivantes.

Le mirage de l’égalité : les immigrées hautement qualifiées à Montréal

Une récente étude, réalisée pour la Fondation canadienne des relations raciales, fait état de la situation précaire des travailleuses provenant de l’Amérique latine, d’Haïti, d’Afrique, d’Asie occidentale et de l’Europe de l’Est. Selon cette étude, la majorité de ces femmes occupent une position désavantageuse par rapport à leur formation sur le marché du travail. Elles sont beaucoup plus souvent déqualifiées parce qu’elles font partie des minorités visibles. Pour l’auteure, Marie-Thérèse Chicha, «les résultats reflètent une situation de discrimination systémique où s’entrecroisent plusieurs motifs: le sexe, l’appartenance à une minorité visible et l’origine étrangère». L’étude est disponible en ligne: www.politiquessociales.net/IMG/pdf/MTChicha_-Mirage_de_l_egalite-.pdf

La reconnaissance des acquis et compétences des femmes immigrantes diplômées à l’étranger : l’urgence d’agir.

Action travail des femmes (ATF) vient de rendre public un rapport de recherche, résultat d’une recherche-action portant sur la reconnaissance des acquis et des compétences des femmes immigrantes diplômées à l’étranger. L’ATF soutient les femmes dans leurs démarches pour accéder à l’emploi et cherche à contrer la discrimination des femmes au travail et à l’embauche.

Le rapport souligne que les femmes immigrantes arrivées au Québec, durant les dernières années, ont souvent une scolarité élevée par rapport à la moyenne québécoise. Cependant, elles demeurent moins présentes sur le marché du travail et, quand elles y sont, leur salaire est généralement inférieur et leurs conditions de travail davantage précaires. La recherche pointe très clairement les difficultés et les obstacles particuliers que rencontrent les femmes immigrantes diplômées à l’étranger en vue de faire reconnaître leurs acquis scolaires.

Le rapport peut être obtenu en contactant Action travail des femmes (ATF) ou en consultant leur site Internet: www.atfquebec.ca


Femmes immigrantes nouvellement arrivées et égalité entre les sexes: État de la situation dans la région de Montréal

Dans la région montréalaise, une nouvelle recherche réalisée par Yasmina Chouakri pour la Table des groupes de femmes de Montréal dresse un portrait des valeurs d’égalité entre les sexes et de la connaissance qu’en ont les femmes et les jeunes femmes immigrantes nouvellement arrivées et résidentes de l’Ile de Montréal. Elle recense aussi les stéréotypes auxquels les femmes et les jeunes femmes immigrantes sont plus particulièrement confrontées, ceux qu’elles portent sur la société d’accueil, leur adhésion aux valeurs féministes (d’ici ou d’ailleurs), le type de participation privilégiée ainsi que les conséquences sur leur intégration.

Cette étude est la première partie du projet La caravane des solidarités qui s’étalera de 2009 à 2011. Ce projet vise à soutenir la participation, dans la société d’accueil, des femmes immigrantes nouvellement arrivées, plus particulièrement celle des jeunes filles, par la compréhension et l’acceptation de ses valeurs, et aussi pour qu’elles soient partie prenante de la lutte collective contre les stéréotypes sexuels dont sont encore victimes les femmes qu’elles soient immigrantes ou non.

Ce document peut être consulté sur leur site Internet de la Table des groupes de femme de Montréal : www.tgfm.org/mtl/publications.html.