Secteur Vivre Ensemble
Facebook Twitter Vimeo

DOSSIER : - Penser aussi la citoyenneté comme une pratique Vol. 21 Num. 72

Penser aussi la citoyenneté comme une pratique  Vol. 21 Num. 72

SOMMAIRE DU BULLETIN

Webzine Vol. 21 no 72
HIVER 2014

Coalition québécoise contre la traite des personnes

Par : Louise Dionne, Marco Veilleux

Le Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) a récemment mis sur pied une coalition québécoise contre la traite de personnes, composée de plus de 30 organismes québécois œuvrant auprès des victimes de traite.

Le CATHII travaille, depuis 2004, à contrer la traite des personnes – que ce soit à des fins d’exploitation sexuelle ou de travail forcé. Depuis sa création, ce comité (composé de communautés religieuses du Québec) a su devenir un acteur incontournable dans la lutte contre cette exploitation et cette atteinte aux droits fondamentaux. Il a acquis une expertise sur les enjeux touchant la traite, et il est reconnu par le milieu pour la richesse de ses interventions et le sérieux de ses actions.

La traite humaine est un phénomène complexe, englobant les questions de migrations internes et internationales. Pour le contrer, les membres du CATHII mènent une action en trois volets :

  • la recherche;
  • la formation et la sensibilisation;
  • la création d’hébergement et de ressources pour les victimes.

 
Nécessité de la concertation
La compréhension de la traite de personnes au Canada a évolué au cours des dernières années. Si les actions visant à cerner le phénomène ont permis de mieux comprendre sa dynamique, plusieurs organismes faisaient toutefois le constat qu’il y avait un manque de ressources pour venir en aide aux victimes et qu’il était donc nécessaire, pour les différents intervenants, d’agir de façon plus concertée.
 
L’équipe du CATHII a donc rencontré des responsables de services d’accueil et d’accompagnement de victimes de la traite au Canada et dans différents pays (Italie, Belgique, Royaume-Uni, États-Unis et Brésil). Ces rencontres ont permis de mesurer l’importance d’avoir une approche spécifique pour les victimes de ce crime et d’agir en réseaux.
 
Création de la coalition
C’est dans cet esprit que la Coalition québécoise contre la traite des personnes a été officiellement lancée le 11 avril 2013.
 
Celle-ci est composée de plus de 30 organismes publics, parapublics et communautaires québécois qui sont directement concernés par l’enjeu de la traite et qui œuvrent auprès des victimes. Différents secteurs d’intervention y sont représentés :

  • Organismes communautaires : ressources d’accompagnement, d’hébergement, de soutien à l’emploi, de protection et de défense de droits (œuvrant auprès de migrants ou d’immigrants, de jeunes en difficulté, de femmes violentées et vivant de multiples problématiques sociales, de femmes autochtones, etc.);
  • Services sociaux et de santé;
  • Services d’aide aux victimes d’actes criminels, service d’aide juridique et d’accompagnement à la cour;
  • Centres de protection de la jeunesse;
  • Secteur de l’application de la loi (corps policiers) et secteur judiciaire;
  • Agences gouvernementales.

 
Mission et objectif
La coalition est préoccupée par les enjeux de la traite de personnes sous toutes ses formes, internationale aussi bien que nationale, pour fins de travail forcé ou d’exploitation sexuelle.
 
Ses principes directeurs sont :

  • La traite des personnes est un crime et une violation grave des droits humains;
  • La personne victime, ses droits, son autonomie et sa dignité sont au cœur de toute intervention;
  • L’approche est globale et concertée, et elle vise la prévention, la protection et le soutien adéquat des personnes victimes.

La coalition a pour objectif de s’assurer que les cas de traite sont reconnus et identifiés, et que les personnes ayant vécu l’exploitation pourront recevoir le soutien ainsi que l’accompagnement nécessaires, et être dirigées vers les services adéquats.
 
Pour réaliser cet objectif, elle permet aux acteurs et organisations de collaborer et de partager leurs expertises et leurs ressources afin de mieux prévenir la traite et de protéger les personnes à risque ou ayant subi la traite.
 
La coalition vise donc non seulement à offrir une table permanente d’échange d’informations, d’expériences et de bonnes pratiques, mais surtout à faciliter une meilleure coordination dans l’offre des services de protection et de soutien des personnes victimes.
 
La coalition est coordonnée par un comité formé de cinq représentants d’organismes clés. Le mandat de ce comité est de s’assurer des suivis, d’établir et de planifier les priorités d’action et les activités, de même que le contenu des rencontres.
 
Le travail de la coalition a déjà permis à des femmes et à des enfants d’échapper à leurs trafiquants et d’obtenir la protection dont ils avaient besoin.
 
Pour en savoir plus et rester informé : www.cathii.org

_________________________________________________

Louise Dionne est coordonnatrice du CATHII et Marco Veilleux, représentant du Centre justice et foi au CATHI.