Secteur Revue Relations

DOSSIER : L'amour du monde - socle de toute résistance

La ferme SageTerre

Par : Jean Bédard

Au départ, la ferme était un projet pour nous guérir d’une maladie qui s’appelle l’embourgeoisement. Nous avions l’impression, ma femme et moi, de nous occuper seulement de notre propre personne et, par le fait même, de nous détruire de l’intérieur, par manque de cohérence et d’action. Nous avons donc décidé de vendre notre belle maison au bord de la mer pour acheter une terre, y établir un immeuble d’appartements et s’y installer avec de jeunes familles pour tenter de mettre sur pied une ferme réellement écologique. Les légumes produits sont ainsi vendus à proximité, voire sur la ferme elle-même. Nous organisons aussi des rencontres philosophiques et des séminaires annuels où l’on discute de la problématique actuelle de l’écologie comme art de vivre au quotidien.
 
Notre parcours a certes été difficile au début ; il y a eu un certain nombre de déchirements inévitables jusqu’à ce que nos orientations soient claires et inscrites dans une charte. Ces orientations prévoient la constitution de la ferme en fiducie d’utilité sociale agricole. Dit de manière simple, c’est comme si nous devenions une sorte de parc naturel agricole, accessible aux gens, et qui n’appartient pas à des propriétaires mais à une mission pérennisée par ce statut juridique que procure la fiducie. Cette mission, par ailleurs, est définie par un simple mot : écologie. Mais la définition que nous en donnons inclut toutes ses dimensions : biologique, sociale, philosophique et spirituelle. Elle s’inspire en ce sens de la Charte des Nations unies et est par ailleurs en adéquation avec le concept d’écologie intégrale développé par le pape François dans son encyclique Laudato Si’. Il s’agit de toujours rester conscient de la petitesse de nos connaissances par rapport à la grandeur de la nature. Il s’agit aussi de voir la nature comme un sujet-acteur, qui a en quelque sorte sa propre âme.

 
Propos recueillis par Jean-Claude Ravet et Emiliano Arpin-Simonetti