Centre justice et foi
 
Vivre ensemble

 


Faites un don


POUR RECEVOIR
LE WEBZINE VIVRE ENSEMBLE,
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE
liste d'envoi
  

 



Le Centre justice et foi, par son secteur Vivre ensemble, suit depuis plus de 30 ans les questions d’immigration au Canada et au Québec.

Il intervient sur trois enjeux principaux : société québécoise et pluralisme, migrations internationales et protection des réfugiéspastorale interculturelle. Les différentes activités réalisées par le secteur visent à assurer une réflexion collective autour de ces différents axes thématiques avec un parti pris pour la justice sociale.

 

Webzine Vivre Ensemble   Le webzine Vivre ensemble est une source d’information incontournable sur les enjeux de l’heure liés aux migrations internationales et au pluralisme.
Le Webzine
     
Webzine Vivre Ensemble   « QuébécoisEs, musulmanEs… et après? » est un projet visant à interroger les représentations autour de l’islam, à mieux comprendre la diversité des personnes musulmanes et les enjeux du pluralisme au Québec.
En savoir plus
     
Maria'm   Maria’M est un groupe de dialogue féministe entre chrétiennes et musulmanes dont les membres s’engagent pour l’égalité entre les sexes au sein de leurs traditions religieuses et dans la société.
En savoir plus

AUTRES INFORMATIONS DE VIVRE ENSEMBLE

Le secteur Vivre ensemble sera présent au Forum social mondial et au Forum de théologie de la libération. Il organise, en collaboration avec le Comité migrant du Front de défense des non-syndiqué, l'atelier : Travailleuses et travailleurs migrants : pas des marchandises !
Mercredi le 10 août 2016  de 13h00 à 15h30 au Cégep du Vieux Montréal (Local 855)
Intervenants
Animation - Mouloud Idir, Centre justice et foi
Melvin Mendez, Somos hermanos
Mélanie Gauvin, Front de défense des syndiqués - Comité migrant
Sid-Ahmed Soussi, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal

Le groupe Maria'M sera aussi présent au Forum social mondial et au Forum de théologie de la libération. Il organise l'atelier Le dialogue intereligieux féministe du Groupe Maria’M.
Intervenantes
Animation – Élisabeth Garant, directrice du Centre justice et foi
Samia Amor, doctorante en droit
Carmen Chouinard, doctorante en science des religions
Janet Dench, directrice du Conseil canadien pour les réfugiés
Sabrina Di Matteo, directrice du Centre étudiant Benoît Lacroix

 
L’exposition « QuébécoisEs, musulmanEs… et après? » continue à cheminer.
Elle sera, du 10 au 12 août, à la galerie du MAI  qui fera office de lieu d’exposition artistique du FSM.
Adresse : MAI (Montréal, arts interculturels)
3680, rue Jeanne-Mance, Bureau 103
Montréal (Québec) H2X 2K5
Téléphone: (514) 982-1812
Pour en savoir plus


Le document « L’hospitalité comme lieu de révélation divine : un regard chrétien » reprend le contenu d’une conférence donnée par Martin Bellerose le 9 novembre 2015 dans le cadre de la soirée « Hospitalité chrétienne et défis actuels ». Dans ce texte, l’auteur propose une réflexion sur l’hospitalité à partir de trois passages bibliques : Romains 12, 1-21, Hébreux 13, 1-19 et 1 Pierre 4,7-11. Il présente la portée du mot philoxenia (hospitalité) utilisé dans le discours des premiers chrétiens et leur façon de pratiquer l’hospitalité ainsi que la compréhension qu’ils en avaient afin de nourrir la réflexion des chrétiens d’aujourd’hui face à des flux migratoires grandissants.

 

Le Centre justice et foi, en collaboration avec  Alternatives, a lancé un nouveau blogue collectif "SALAM" (mot qui désigne paix en arabe).

Écrits par de nombreuses figures intellectuelles et associatives, les textes qui sont publiés dans SALAM abordent différentes facettes de la construction de l’islamophobie comme problème public. Nous voulons fournir des outils permettant de mieux saisir les enjeux relatifs à l’islam et à l’actualité internationale et ainsi, contrer les discours islamophobes.

Le blogue peut être suivi dans le Huffington Post (Quebec), le Journal des Alternatives, et un extrait est repris chaque mois dans un billet du Journal Métro.

Textes du blogue :

Des clés de compréhension pour contrer l'islamophobie, par MICHEL LAMBERT et MOULOUD IDIR
Islamophobie, critique ou obsession, par BOCHRA MANAÏ
Géopolitique de l'islamophobie, par MOULOUD IDIR
Du discours islamophobe d'Israël et de ses relais médiatiques québécois, par MICHAËL SÉGUIN

Les féminismes pluriels : un antidote à l’islamophobie et au racisme par SONIA DAYAN-HERZBRUN
L'islamophobie décomplexée et le retentissement d'une « victoire idéologique » des extrêmes droites par SIEGFRIED L. MATHELET

 

 

 

babillard
Militarisation de l’enjeu migratoire

Depuis trois ans, la campagne inter-associative Frontexit dénonce l’incompatibilité de l’agence Frontex avec le respect des droits fondamentaux. La création d’un nouveau corps européen de garde-frontières en lieu et place de Frontex, validée par le Parlement européen le 6 juillet dernier, marque une étape supplémentaire dans la guerre menée par l’Union européenne contre les migrants et les réfugiés. Les organisations membres de la campagne Frontexit, originaires d’Europe, du Maghreb, du Mashreq, et d’Afrique de l’ouest, continuent de dénoncer et de s’opposer à cette dérive sécuritaire. Elles demandent la suppression de Frontex ainsi que de la nouvelle agence prévue pour la remplacer. Pour en savoir plus
Homicides aux frontières

Disputées pour leur enjeu stratégique dans le trafic de drogue, les routes mexicaines et centraméricaines sont très dangereuses pour les exilé·e·s. Meurtres et enlèvements sont loin d’y toucher uniquement les migrant·e·s, et le caractère massif des disparitions, dévoilé par le retentissement international du massacre d’Ayotzinapa, suscite une mobilisation croissante de la société civile. Dans ce contexte, les associations de défense des droits des migrant·e·s viennent d’obtenir la création d’une commission d’identification et d’un mécanisme transnational d’identification et de remise des corps. L’instauration d’une commission d’identification est une avancée sans précédent, dont des équivalents sont revendiqués depuis plusieurs années sans succès dans d’autres pays, comme la Tunisie par exemple. Son travail reste pour l’instant limité à des événements précis, soit les deux massacres de San Fernando et celui de Cadereyta.
Pour en savoir plus

 

  © Centre justice et foi. Tous droits réservés. | Crédits